Aller vers

L'Église Gnostique Catholique

Duty / Le Devoir

Duty est un commentaire écrit par Aleister Crowley au sujet des principales règles de conduite pratique devant être observées par ceux acceptant la Loi de Thelema. Il complète ainsi le Liber OZ, le manifeste thélémite des droits de l'Homme. Traduction de Philippe Pissier.

LE DEVOIR

Un commentaire au sujet des principales règles de conduite pratique devant être observées par ceux acceptant la Loi de Thelema.

« Fais ce que voudras sera toute la Loi​. » (1)​

« I​l n’est pas de loi par-delà Fais ce que tu voudras​. » (2)​

« [...] ​tu n’as nul droit hormis faire ta volonté. Fais ainsi, et nul ne dira nenni. Car le pur vouloir, inassouvi d’objet, libéré de la soif de résultat, est en tout point parfait​. » (3)​

« L​’amour est la loi, l’amour sous la volonté​. » (4)​
« Chaque homme et chaque femme est une étoile​. » (5)​

A. VOTRE DEVOIR ENVERS VOUS-MÊME

1. Découvrir que vous êtes le centre de votre propre Univers.

« J​e suis la flamme qui brûle en tout cœur d’homme, et au noyau de chaque étoile​. » (6)​

2. Explorer la Nature et les Pouvoirs de votre Être propre.

 

Cela inclut tout ce qui est, ou peut être pour vous ; et il vous faut accepter tout exactement tel qu’en soi-même, comme l’un des facteurs concourant à élaborer votre Vrai Moi. Ce Vrai Moi inclut en fin de compte toutes les choses quelles qu’elles soient ; sa découverte est l’Initiation (le voyage à l’intérieur de soi) et sa Nature consistant à se mouvoir éternellement, il ne faut pas la comprendre comme statique mais comme dynamique, pas comme un Nom mais comme un Verbe.

 

3. Développez en juste harmonie et proportion toute faculté que vous possédez.

 

« L​a sagesse dit : sois fort ! ​» (7)​

« M​ais excède ! Excède ! »​ (8​)

« S​ois fort, ô homme, désire, jouis de toutes choses des sens et du ravissement : n’aie crainte que quelque Dieu ne te renie pour cela.​ » (9)​

4. Contemplez votre propre Nature.

 

Considérez chacun de ses éléments à la fois séparément et en relation avec tout le reste afin de juger avec précision du véritable objectif de l’ensemble de votre Être.

5. Trouver la formule de cet objectif, ou « Vraie Volonté », exprimée de la manière la plus simple qui soit.

 

Apprenez à clairement comprendre comment manipuler au mieux les énergies que vous contrôlez afin d’obtenir les résultats qui lui sont le plus favorables en raison de ses relations avec la partie de l’Univers que vous ne contrôlez pas encore.

 

6. Étendez l’empire de votre conscience, et son contrôle de toutes les choses qui lui sont étrangères, au maximum.

 

Faites ainsi via l’application toujours plus puissante et toujours plus habile de vos facultés à une perception plus subtile, plus claire, plus entière et plus exacte, à une meilleure compréhension, ainsi qu’à une gouvernance plus sagement ordonnée de cet Univers extérieur.

 

7. Ne permettez jamais à la pensée ou à la volonté d’une Créature extérieure d’interférer avec la vôtre.

 

Soyez constamment prêt à faire face, et à résister, avec une indomptable ardeur et une insatiable véhémence passionnelle, à toute tentative d’une autre Créature visant à vous influencer autrement qu’en ajoutant de nouveaux faits à votre expérience de l’Univers, ou en vous aidant à atteindre une synthèse supérieure de la Vérité via le mode de la fusion passionnelle.

 

8. Ne réprimez ni ne restreignez aucun véritable instinct relevant de votre Nature ; mais consacrez-les tous dans la perfection au seul service de votre unique Vraie Volonté.

 

« P​our cette raison soyez beaux »​ (1​0)


« L​e mot du Péché est Restriction. O homme ! ne refuse pas ta femme si elle veut ! O amoureux, si tu le veux, pars ! Il n’est d’autre lien que l’amour qui puisse unir le divisé : tout autre est une malédiction. Maudit ! Maudit soit-il pour les éons ! Enfer.​ » (1​1)

« Ainsi avec ton tout ; tu n’as nul droit hormis faire ta volonté. Fais ainsi, et nul ne dira nenni. Car le pur vouloir, inassouvi d’objet, libéré de la soif de résultat, est en tout point parfait. »​ (1​2)

« Vous rassemblerez des biens et abondance de femmes et d’épices ; vous porterez de riches joyaux ; vous surpasserez les nations de la terre en splendeur & fierté ; mais toujours pour l’amour de moi, et ainsi viendrez-vous à ma joie. »​ (1​3) 

 

9. Réjouissez-vous !

 

« Souvenez-vous tous que l’existence est pure joie ; que toutes les souffrances sont comme des ombres ; elles passent & disparaissent ; mais il y a ce qui demeure​. »​ (14)

« Mais vous, ô mon peuple, levez-vous & éveillez-vous ! Que les rituels soient célébrés correctement avec joie & beauté ! ​[...] U​ ne fête pour le feu et une fête pour l’eau ; une fête pour la vie et une plus grande fête pour la mort ! Une fête chaque jour en vos cœurs dans la joie de mon ravissement ! Une fête chaque nuit en Nu, et le plaisir de l’extrême délice ! Oui ! festoie ! réjouis-toi ! il n’est point d'effroi dans l'au-delà. Il y a la dissolution, et une éternelle extase dans les baisers de Nu​.» (1​5)


« À​ présent réjouis-toi ! maintenant viens en notre splendeur & ravissement ! Viens en notre paix passionnée, & écris des mots doux pour les Rois ! ​» (1​6)


« Tressaille dans la joie de la vie & de la mort ! Ah ! belle sera ta mort : qui la verra sera heureux. Ta mort sera le sceau de la promesse de notre immémorial amour. Viens ! élève ton cœur & réjouis-toi !​ » (1​7)

« Un Dieu va-t-il vivre dans un chien ? Non ! mais les plus hauts sont des nôtres. Ils se réjouiront, nos élus : qui s’afflige n’est point des nôtres. Beauté et force, rire éclatant et délicieuse langueur, force et feu, sont nôtres.​ » (1​8)

 

B. VOTRE DEVOIR ENVERS LES AUTRES INDIVIDUS, HOMMES ET FEMMES

1. ​« L’amour est la loi, l’amour sous la volonté. » (1​9)

 

Unissez-vous passionnément à toute autre forme de conscience, détruisant ainsi le sens de séparativité d’avec l’Ensemble, et créant une nouvelle ligne de fuite dans l’Univers, permettant de le mesurer.

2. «​ Comme des frères battez-vous ! » (2​0)

 

« S’il est Roi, tu ne peux le blesser. » (2​1)

Souligner de manière saillante les différences entre deux points de vue est utile aux deux parties car mesurant la position de chacun dans l’ensemble. Le combat stimule l’énergie virile ou créatrice et, comme l’amour, dont il est une forme, il excite le mental jusqu’à un orgasme permettant de transcender sa pesanteur rationnelle.

3. S’abstenir de toute interférence avec d’autres volontés.

 

« Prends garde de crainte qu’un n’en contraigne un autre, Roi contre Roi ! » (2​2)

(L’amour et la guerre des précédentes injonctions sont de la nature du sport, où l’on respecte et apprend de son adversaire, mais où jamais l’on n’interfère avec lui, en dehors du jeu en cours.) Chercher à dominer ou à influencer un autre être revient à chercher à le déformer ou le détruire ; or il est une partie nécessaire de son propre Univers, c’est-à-dire de son propre moi.

4. Cherche, si tu le veux, à éclairer une autre personne si besoin est.

 

Cela peut être effectué, toujours dans le strict respect de l’attitude du bon sportif, lorsqu’il est dans l’embarras car échouant à se comprendre clairement, tout spécialement lorsqu’il demande précisément de l’aide ; car ses ténèbres peuvent gêner la perception sienne de sa propre perfection. (Mais ces ténèbres peuvent également servir d’avertissement, ou susciter notre intérêt.)

 

Cela est également licite lorsque son ignorance l’a amené à interférer avec sa propre volonté. Toute interférence est dans tous les cas dangereuse, et exige l’exercice d’une extrême habileté et d’un jugement sûr, fortifiés par l’expérience. Influencer une autre personne revient à ne plus surveiller sa propre citadelle ; et cette manière de faire s’achève généralement par la perte de sa propre auto-suprématie.

5. Adorez-les tous !

 

« Chaque homme et chaque femme est une étoile​. » (2​3)

« Plus de merci : damnez ceux qui s’apitoient ! »​ (24)


« Nous n’avons rien à faire avec les parias et les incapables : qu’ils meurent dans leur misère. Car ils ne ressentent pas. La compassion est le vice des rois : piétine les misérables & les faibles : c’est la loi du fort : c’est notre loi et la joie du monde. Ne réfléchis pas, ô roi, à ce mensonge : Que Tu Dois Mourir : en vérité tu ne mourras pas, mais vivras. Que ceci soit maintenant compris : Si le corps du Roi se dissout, il demeurera à jamais dans une pure extase. Nuit ! Hadit ! Râ-Hoor-Khuit ! Le Soleil, la Force & la Vue, la Lumière ; ceux-ci sont pour les serviteurs de l’Étoile & du Serpent. » (2​5)

Chaque créature est, exactement comme vous-même, l’unique centre d’un Univers en aucun cas identique, voire assimilable, au vôtre. L’Univers impersonnel de « la Nature » n’est qu’une abstraction, à peu près vraie, des facteurs qu’il convient de considérer comme commun à tous. L’Univers d’un autre est donc nécessairement inconnu de vous, et inconnaissable par vous ; mais il induit des courants énergétiques dans le vôtre en déterminant en partie vos réactions.

 

Par conséquent, usez des hommes et des femmes avec l’absolu respect requis par d’inviolables critères de mesure ; vérifiez vos propres observations en les comparant à des jugements similaires par eux effectués ; et, étudiant les méthodes décidant de leur échec ou de leur succès, faites en sorte d’acquérir l’entendement et l’habileté nécessaires pour venir à bout de vos propres problèmes.

C. VOTRE DEVOIR ENVERS L’HUMANITÉ

1. Instaurer la Loi de Thelema comme unique base de la conduite.

 

Le bien-être général de la race étant à de nombreux égards nécessaire au vôtre, ce bien-être, comme le vôtre, est principalement une fonction de la sage et intelligente observance de la Loi de Thelema, il est de la toute première importance que chaque individu accepte franchement cette Loi, et se dirige strictement en pleine conformité à icelle.

Vous pouvez considérer l’instauration de la Loi de Thelema comme un élément essentiel de votre Vraie Volonté, car, quelle que soit l’ultime nature de cette Volonté, la condition évidente lui permettant de se manifester est l’affranchissement de l’interférence extérieure.

Les gouvernements font souvent preuve de la plus déplorable stupidité, combien éclairés pourraient être les hommes qui les composent et les constituent, ou les gens dont ils dirigent les destinées. Il incombe donc à chaque homme et à chaque femme de prendre les mesures nécessaires pour engendrer les révisions de tous les règlements existants sur la base de la Loi de Thelema. Cette Loi étant une Loi de Liberté, l’objet de la législation doit être d’assurer la plus grande liberté à chacun des individus au sein de l’état, en renonçant à l’hypothèse présomptueuse d’après laquelle tout idéal positif soit digne d’être atteint.

« Le mot du Péché est Restriction. »​ (26)

L’essence du crime consiste à restreindre la liberté de l’individu outragé. (Ainsi le meurtre restreint-il son droit de vivre ; le vol son droit à jouir des fruits de son labeur ; frapper monnaie son droit à ce que l’État lui garantisse de pouvoir troquer en toute sécurité ; etc.) C’est donc un simple devoir que prévenir le crime en isolant le criminel, et en usant de menaces de représailles ; il faudra aussi enseigner au criminel que ses actes, une fois analysés, s’avèrent contraires à sa propre Vraie Volonté. (Ceci peut souvent se faire en lui retirant le droit qu’il a refusé à d’autres ; comme en le mettant hors la loi, afin que ce faisant il craigne constamment pour la sécurité de ses biens propres, celle-ci cessant d’être garantie par l’État.) La règle est tout à fait simple. Qui viole un droit déclare magiquement qu’il n’existe pas ; et donc il n’existe plus ​pour lui​.

Le crime étant une violation spirituelle directe de la Loi de Thelema, il ne sera donc pas toléré au sein de la communauté. Ceux qui possèdent pareil instinct seront isolés dans une colonie où ils édifieront un état à eux, afin qu’ils apprennent la nécessité d’imposer et maintenir des règles de justice.

Tous les faux crimes seront abolis. Lorsque disparaissent des restrictions inouïes, la liberté accrue de l’individu lui enseignera d’elle-même à éviter les actes qui restreignent réellement les droits naturels. Et ainsi le véritable crime diminuera-t-il de manière spectaculaire.

 

L’administration de la Loi devra être simplifiée en entraînant des hommes probes et discrets dont la volonté est de remplir cette fonction au sein de la communauté et de juger de toutes les plaintes en vertu du principe abstrait de la Loi de Thelema, et de délivrer un jugement sur la base de la réelle restriction causée par le délit.

Le but final est donc de réintégrer la conscience, basée sur de véritables principes scientifiques, comme gardienne de la conduite, monitrice du peuple, et caution des gouvernants.

D. VOTRE DEVOIR ENVERS TOUS LES AUTRES ÊTRES ET CRÉATURES

1. Appliquez la Loi de Thelema à tous les problèmes d’aptitude, d’usage, et de développement.

 

C’est une violation de la Loi de Thelema que d’abuser des qualités naturelles d’un animal ou d’une chose en la détournant de sa fonction propre, telle que déterminée par son histoire et sa structure. Ainsi, entraîner des enfants à réaliser des opérations mentales, ou à effectuer des tâches, pour lesquelles ils ne sont pas faits, est un crime contre la nature. De même, édifier des demeures à l’aide de matériaux pourris, corrompre la nourriture, détruire les forêts, etc., etc., est criminel.

La Loi de Thelema doit être appliquée stoïquement lorsqu’il s’agit de juger d’une question de conduite. L’aptitude inhérente d’une créature à tel usage sera le seul critère.

D’apparents, et parfois même réels, conflits d’intérêts surgiront fréquemment. Il faut juger de telles affaires eu égard à la valeur générale des belligérants sur l’échelle de la Nature. Un arbre a certes le droit de vivre ; mais, un homme étant plus qu’un arbre, il peut l’abattre pour se chauffer ou s’abriter si besoin est, mais qu’il se souvienne que la Loi venge toujours les infractions : comme lorsqu’une déforestation inique a ruiné un climat ou un sol, ou lorsqu’une importation de lapins pour s’alimenter à bas prix a engendré une épidémie.

Observez que la violation de la Loi de Thelema entraîne des maux cumulatifs. Le drainage de la population terrienne dans les grandes villes, principalement dû au fait qu’on l’ait persuadée d’abandonner ses idéaux naturels, a non seulement rendu la campagne moins supportable au paysan mais a perverti la ville. Et l’erreur tend à s’accroître en une progression géométrique, jusqu’à ce qu’un remède soit presque devenu inconcevable et que toute la structure de la société soit menacée de ruine.

La sage application, basée sur l’observation et l’expérience, de la Loi de Thelema consiste à œuvrer en harmonie consciente avec l’Évolution. Les expériences dans la création, impliquant des variations des types existants, sont licites et nécessaires. Leur valeur doit être jugée en fonction de leur fertilité à témoigner de leur harmonie avec la nature dans son aller vers la perfection​.

(1)  NDT : Liber Legis​, I : 40.

(2)  NDT : Liber Legis​, III : 60.

(3)  NDT : Liber Legis​, I : 42-44.

(4)  NDT : Liber Legis​, I : 57.

(5)  NDT: Liber Legis​, I:3.

(6)  NDT : Liber Legis​, II : 6.

(7)  NDT : Liber Legis​, II : 70.

(8)  NDT : Liber Legis​, II : 71.

(9)  NDT : Liber Legis​, II : 22.

(10)  NDT : Liber Legis​, I : 51.

(11)  NDT : Liber Legis​, I : 41.

(12)  NDT : Liber Legis​, I : 42-44.

(13)  NDT : Liber Legis​, I : 61.

(14)  NDT : Liber Legis​, II : 9.

(15)  NDT : Liber Legis​, II : 34-44.

(16)  NDT : Liber Legis​, II : 64.

(17)  NDT : Liber Legis​, II : 66.

(18)  NDT : Liber Legis​, II : 19-20.

(19)  NDT : Liber Legis​, I : 57.

(20)  NDT : Liber Legis​, III : 59.

(21)  NDT ​: Liber Legis​, II : 59.

(22)  NDT : Liber Legis,​ II : 24.

(23)  NDT : Liber Legis, ​I :3.

(24)  NDT : Liber Legis,​ III : 18.

(25)  NDT : Liber Legis,​ II : 21.

(26)  NDT : Liber Legis,​ I : 41.

[Traduction Philippe Pissier, 2018 e.v.]