Aller vers

L'Église Gnostique Catholique

 
La Loi de Thelema
θέλημα

Les notes qui suivent sont principalement basées sur les écrits d’Aleister Crowley. Ces notes n’ont pas pour but d’interpréter ou de commenter le Livre de la Loi en dehors des limites des écrits du Prophète et elles ne représentent pas non plus une déclaration définitive de la croyance Thélémite, elles sont librement inspirées de quelques écrits présents sur le site de la Grande Loge des Etats-Unis (https://oto-usa.org/thelema/theology/).

Thelema (θέλημα) est le système philosophique fondé lorsqu’Aleister Crowley a reçu le Livre de la Loi en 1904, au Caire. Ses principaux principes peuvent être résumés par les brèves phrases suivantes : "Fais ce que voudras sera toute la Loi" et "L’amour est la loi, l’amour sous la volonté".  Le terme "thélémite" a été inventé par François Rabelais en 1534 e.v. et Crowley l’a utilisé pour désigner une personne qui "accepte la Loi" (c’est-à-dire le Livre de la Loi).

La théologie de Thelema postule que toute existence manifestée résulte de  l’interaction de deux principes cosmiques : le Continuum Espace-Temps infiniment étendu et omniprésent, et le Principe de Vie et de Sagesse atomique, exprimé individuellement. L’interaction de ces principes donne naissance au Principe de Conscience qui régit l’existence. Dans le Livre de la Loi, les Principes divins sont personnifiés par une trinité de divinités égyptiennes anciennes : Nuit, la déesse de l’espace infini ; Hadit, le serpent ailé de la Lumière ; et Râ-Hoor-Khuit (Horus), le Seigneur solaire du cosmos à tête de faucon. Le système théologique thélémite utilise les divinités de diverses cultures et religions comme personnifications de forces divines, archétypes et cosmiques spécifiques. La doctrine thélémite soutient que toutes les diverses religions de l’humanité sont fondées sur des vérités universelles ; et l’étude comparative des religions est une discipline importante pour de nombreux thélémites.

ste%CC%80le_edited.png

Stèle d’Ânkhefenkhonsou (-680/-670), également nommée Stèle de la révélation.

À l’origine située dans l’ancien Musée de Boulaq sous le numéro d’inventaire 666

En ce qui concerne les concepts de l’âme individuelle, Thelema suit l’hermétisme traditionnel et la doctrine selon laquelle chaque personne possède une âme (ou "corps de lumière") qui est disposée en "couches" (ou "gaines") entourant le corps physique. Chaque individu est également considéré comme ayant son propre "Saint Ange Gardien" personnel, qui peut être considéré à la fois comme le "Moi supérieur" et comme un être divin distinct et sensible. En ce qui concerne les concepts de l’au-delà, la vie elle-même est considérée comme un continuum, la mort faisant partie intégrante de l’ensemble. La vie mortelle meurt afin que la vie mortelle puisse continuer. L’Ange Gardien, cependant, est immortel et n’est soumis ni à la vie ni à la mort. Parallèlement à la doctrine bouddhiste, le Corps de Lumière est considéré comme sujet à la métempsychose ou réincarnation, après la mort du corps. On considère généralement que le Corps de Lumière évolue en sagesse, conscience et puissance spirituelle à travers des cycles de métempsycose pour les individus qui consacrent leur vie à l’avancement spirituel ; au point que son destin après la mort peut finalement être déterminé par la volonté de l’individu.

 

Thelema incorpore à son système philosophique l’idée de l’évolution cyclique de la conscience universelle ainsi que de la conscience personnelle. On considère que l’histoire est divisée en une série d’Éons (ou "Æons"), chacun ayant son propre concept dominant de la divinité et sa propre "formule" d’avancement. L’Éon actuel est appelé l’Éon d’Horus. L’Éon précédent était celui d’Osiris et auparavant celui d’Isis. L’Éon d’Isis du néolithique est considéré comme ayant été dominé par le principe maternel de la divinité, et sa formule impliquait la dévotion à la Terre Mère en échange de la nourriture et de l’abri qu’elle fournissait. L’Éon classique et médiéval d’Osiris est considéré comme ayant été dominé par le Principe paternel et sa formule était celle de l’abnégation et de la soumission au Dieu Père. L’Éon moderne d’Horus est considéré comme étant dominé par le Principe de l’Enfant, l’individu souverain ; et sa formule est celle de la croissance, en conscience et en amour, vers la réalisation de Soi.

Selon la doctrine Thélémite, l’expression de la Loi divine dans L’Eon d’Horus est "Fais ce que voudras". Cette "Loi de Thelema", comme on l’appelle, ne doit pas être interprétée comme une autorisation de se livrer à chaque caprice passager, mais plutôt comme le mandat divin de découvrir sa Véritable Volonté ou son véritable but dans la vie et de l’accomplir, en laissant les autres faire de même à leur manière. Pour se faire, la Loi de Thelema exhorte l’homme à se libérer de toutes les contraintes du passé. La révélation faite à Crowley annonçait ainsi l’avènement d’une nouvelle ère spirituelle, l’Éon d’Horus, qui doit permettre à l’humanité de révéler son potentiel et ses véritables capacités. 

L'acceptation de la loi de Thelema est ce qui définit un thélémite ; et la découverte et l’accomplissement de la Vraie Volonté est la préoccupation fondamentale de tous les thélémites au quotidien, c'est leur philosophie de vie. La réalisation de la connaissance et de la conversation du Saint Ange Gardien est considérée comme une partie intégrante de ce processus. Les méthodes et pratiques à employer dans ce processus sont nombreuses et variées et sont regroupées sous le terme généralisé de Magick.

Se définir comme thélémite, c'est accepter la Loi de Thelema, et le Livre de la Loi en tant que point focal spirituel et magique. Ce que chacun fait au-delà de cela lui appartient entièrement ("Fais ce que voudras sera toute la Loi"). Il n’est pas nécessaire d’adhérer à une organisation particulière, de s’associer avec (ou d’éviter) d’autres thélémites, ou de suivre un cours d’étude, de méditation ou de pratique rituelle spécifique. De nombreux thélémites estiment toutefois que l’adhésion à une organisation thélémite s’avère utile pour faire avancer leur propre travail. Il existe de nombreuses organisations de ce type parmi lesquelles on peut choisir, l’O.T.O. étant sans doute la plus importante et la plus connue d’entre elles.

Tous les thélémites n’utilisent pas toutes les pratiques disponibles. La plus grande liberté est offerte à chaque praticien pour choisir les pratiques qui sont adaptées à ses besoins individuels. Certaines de ces pratiques sont identiques ou similaires à celles préconisées par de nombreuses grandes religions du passé et du présent, telles que la prière, la méditation, l’étude des textes religieux (ceux de Thelema et d’autres systèmes religieux également), le chant, les rituels symboliques et initiatiques, les exercices de dévotion, etc. Cependant, certaines de nos pratiques ont été traditionnellement associées à ce qui est généralement connu sous le nom d'occultisme ; Parmi ces pratiques on peut citer par exemple l’astrologie, la divination, la numérologie, le yoga, l’alchimie, le tantrisme ou encore le discours avec les "anges"  (ou "esprits"). Toutes ces méthodes sont tous considérés par les thélémites comme des moyens potentiellement efficaces pour obtenir des aperçus spirituels sur la nature de son être et sa place dans l’univers.

La philosophie religieuse de Thelema condamne absolument la "magie noire" et toute action qui n’est pas orientée vers la découverte et l’accomplissement de la Véritable Volonté. Cela inclut les actes d’interférence avec l’exercice par tout autre individu de son droit à découvrir et à accomplir sa propre Volonté. La doctrine thélémite soutient que la dysharmonie et le déséquilibre créés par de telles actions résultent en une réponse compensatoire et équilibrante de l’univers ; une doctrine similaire à celle de la conception orientale du "Karma". Thelema n’a pas de parallèle direct avec la conception judéo-chrétienne du Diable ou de Satan ; cependant, une pseudo-personnification de la confusion, de la distraction, de l’illusion et de l’ignorance égoïste est désignée par le nom de "Choronzon".